Pseudo:   Mot de passe:     CrĂ©ez un Compte

Desert Arhak is


Recherche un PNJ sur Desert Arhak is:


separateur

Desert Arhak is

1. [Chef de l'expédition] Georges2. Ideluna3. Jizaka
4. Binanoco5. Roundas

.

Desert Arhak is

Désert Arhak'is

 
Il était une fois, dans un désert aride, un peuple lapin qui nichait joyeusement au bord d’un oasis de Pâques (aujourd’hui connu sous le nom de Val Saurien). La légende raconte qu’au beau milieu du plan d’eau trônait un œuf gigantesque que les lapins aimaient à couver durant les froides nuits d’hiver.

Quelle ne fut cependant pas leur surprise lorsqu’un matin, ce dernier fut découvert brisé en plus de trois morceaux sur le sable chaud. - Kissékapété l’œuf ?! hurla Civet, le chef des lapins. - Kruwarck, répondit une grosse tache verdâtre cachée sous un éclat de coquille. Ce long échange verbal mit en confiance la tache, dont la tête émergea lentement de la coquille. Dérouté par l’apparition, Civet gratta frénétiquement le sable pour enterrer les restes de l’œuf et son habitant*.

Un cri de désespoir féminin retentit par-delà le désert. Il ne s’agissait pas moins de Brigitte Civet, la dernière femme en liste du chef. - Monstre ! gronda-t-elle, un lézard, c’est un cœur avec une coquille autour. Rebouche moi ce trou, nous allons ramener la tache au terrier ! Huit journées s’écoulèrent durant lesquelles la tache s’étendit paisiblement dans la maison des Civet. Le jour suivant, une dure réalité s’imposa cependant, freinant quelque peu le nouveau bonheur de la famille : le lézard était trop gros. - Fils, s’exclama le père Civet, il est grand temps de te creuser ton propre terrier ! Balourd, le lézard ne parvenait pas, malgré sa bonne volonté, à creuser son foyer sans détruire les environs. S’il ne venait pas au terrier, le terrier viendrait à lui : il se résigna donc à se poudrer le dos de terre. Une jungle luxuriante proliféra sur les écailles du lézard, ce qui lui valut son titre de Junglosaure.

*Moment culture : Saviez-vous que les lapins défendent farouchement leur territoire et ne restent pas placides devant l’apparition d’un nouvel animal à l’odeur étrangère ? Il leur arrive donc de creuser eux-mêmes une jolie tombe pour leur nouvel « ami » afin de l’enterrer vivant.


 
Pendant ce temps, Binanoco folâtrait dans les plaines de Kailun en riant aux éclats, suivie de près par son ami d’enfance, Roundas, un jeune illusionniste latino-muran. - Hahaha, jamais tu ne me rattraperas, s’égosillait la fillette à travers la plaine. - Schplaff, répondit l’écho lorsque la joue de Binanoco s’écrasa mollement contre une paroi invisible. - N’aie clainte, y’accoul ! lança son ami avant de traverser la barrière invisible, brisant par la même occasion un enchantement tissé par un vieux mage muran, à l’entrée de la grotte de Kailun, des années plus tôt. C’est ainsi que le passage vers le désert Arhak’is fut découvert. Quelques mois plus tard, l’oasis se trouvant à la sortie du tunnel fut aménagé pour accueillir les explorateurs et touristes de tout Madrigal. Afin d’enrichir ses spectacles, le jeune Roundas ne manquait aucune expédition organisée par ses ainés. C’est au cours de l’exploration du Val Saurien que se manifesta pour la première fois l’affinité hors du commun de Roundas pour les lapins. L’illusionniste, désireux de prouver son talent à ses pairs, dégaina son chapeau et entreprit de faire un tour sous les yeux ébahis de Binanoco. Lapins du Val Saurien, à mon top, bondissez dans mon galurin ! Prononça-t-il en agitant une petite baguette dorée. Un à un, les lapins, enchantés par la formule magique, bondirent dans le chapeau du galopin. Soudain réveillé par les acclamations de la foule d’explorateurs, Junglosaure eut à peine le temps de voir disparaître madame Civet, le dernier lapin qui plongea au cœur du chapeau. Le mugissement de détresse de la bête fut tel que l’expédition toute entière s’égailla dans le désert, laissant le lézard finalement seul avec son désespoir.
 

 
Dérangée dans son non labeur par les braillements de Junglosaure, Shade apparut subitement face à celui-ci. Mon gaillard, tu importunes Shade, déclama la déesse. Mais comme Shade est bonne, elle va t’accorder une faveur. Vois-tu cette pomme à l’horizon ? Junglosaure n’eut pas le temps d’ouvrir la gueule qu’un joli fruit trônait déjà devant ses yeux. Celle-ci te guidera dans ta quête, poursuivit Shade. Le jour où tu parviendras à croquer ce fruit, ta famille lapin réapparaitra par magie à tes côtés. C’est ainsi que débuta le périple sans fin de Junglosaure, agressant dorénavant quiconque se trouverait entre ses yeux et la pomme. Madrigaliens, vous qui allez aujourd’hui arpenter ce nouveau désert, gardez bien en tête cette petite histoire et méfiez-vous du terrible lézard du Val Saurien. Pour votre sécurité, n’approchez pas de la pomme !
 
haut de page